17 min read

Un Noeud Coulant Portant le Nom de Microfinance

Back to English multimedia article.

It seems that many farmers across India are failing to escape the trap of microfinance indebtedness. Some even commit suicide. What could save their lives?

While his two young sons were playing outside and laughing, Mohan pondered his debts. He was not going to kill himself because of that, he said, even though his parents had done it.

As a contagious disease, the debt had first hit Mohan’s father, who was unable to repay his loans, had poisoned himself. She had then spread to her mother, who had inherited her husband’s debt after her suicide. For almost four years, she tried to raise the necessary money. In the end, she plunged into a well. Debt repayment had now become Mohan’s responsibility.

In the three years following our first visit to this family in central India, in the Maharashtra region, the only thing that remains unchanged is the cow of the family: as before, we found it attached to the house, to the shelter from human inventions like money and loans.

Before starting the maintenance of their land early in the morning, most men in the village joined our conversation in May this year. They all held loans because there was no other way to replace their obsolete and broken farm tools, or to buy new seeds. On top of that, although they did not talk about it often, they all had difficulty repaying their loan. On the one hand, they were ashamed, and on the other, they did not want anyone to know about their debt because it would make it more difficult to get another loan.

During our visit, the sowing season was approaching. The previous year’s harvest had not brought much profits, and in order to buy new seeds, Mohan found himself having to ask for another loan. Of the 200,000 Indian rupees (about US $ 2,900 and 2,500) owned by his father – more than the average income of a farmer over two years – he had already paid 160,000 rupees to the public bank of India. In addition to the impressive 40,000 rupees, Mohan took out an additional loan of about 70,000 rupees in his own name.

Such sums are common; in Maharashtra, according to the National Bureau of Sample Survey, nearly 60 percent of households end up with monumental loans averaging 54,700 rupees. Most of these loans are provided by lending institutions such as cooperative companies or banks. In the case of Mohan, the public bank of India had granted him the loan. The bank did not respond to our request for comment. Private lenders are only responsible for a minority of loans.

The Indian government offers 100,000 rupees to help people find themselves forced to pay loans inherited from the suicide of a close relative – but only if the debt comes from government institutions such as national banks, not lenders private.

Mohan had been forced to use almost all the money from that money and invest it in his troubled farm. Parasites, such as the pink worm of the previous year, become more common. Difficult access to marketplaces and dependence on intermediaries have reduced margins for cotton, soybeans and lentils. In addition, climate change has brought devastating droughts that have decimated crops.

Nevertheless, banks, private lenders and microfinance institutions were relentless: dead or alive, loans had to be repaid. Spouses, parents, children, and even neighbors were held accountable for the late payment of debtors. Some, as our interviews show, have committed suicide in order to escape, but their debt subsists, leaving a trail of despair in its wake.

The disarray left by these loans was beginning to become obvious to us. We could feel it by looking at these men and their entire village.

“Every night, I drink to forget, confesses Gajanand Jogi”. The vast majority of the village does the same thing.

In January 2017, the Indian government agency responsible for justice statistics released data for the first time on the causes of suicides among farmers. These data asserted that farmer suicide is a “major concern” that needs to be addressed by the government – half of the population directly or indirectly dependent on agriculture.

The leading cause of farmer suicide in 2015 was bankruptcy or debt at almost 40 percent, twice the rate of the previous year. Poor harvest or drought, listed as agriculture-related problems, accounted for about 20 percent of suicides.

In the state of Karnataka, debt was the main reason for at least 4 out of 5 suicides among farmers. In Maharashtra, the percentage was slightly higher than the national average, reaching almost 43 percent.

If we hope to understand why so many farmers end up in such a huge pile of debt that they end up committing suicide, we first have to understand why they are getting into debt. Kishore Tiwari, president of the Farmers Distress Management Task Force, as well as the leader of the farmers’ advocacy group – Vidarbha Jan Andolan Samiti – explains the complexity of these problems.

“Farmer suicide is an indicator. It reflects the depth of this crisis, he says, explaining that the problems related to agriculture and debt are closely linked. According to Tiwari, pests, droughts, low crop sales prices, economic recession and social tension are the factors leading to indebtedness and consequently to suicides among farmers. “People are in financial trouble,” Tiwari continues. It’s the truth “.

The fact is that farmer suicide is not a new phenomenon in India.

In 2005, India’s Biodynamic and Organic Farming Association wrote to the Mumbai Supreme Court, expressing their concerns about farmer suicide. The association was concerned about the 644 suicides reported in Maharashtra between March 2001 and December 2004 (by comparison, just in 2015, this figure was a staggering total of 3,030 suicides). At the time, the Court recognized that it had to investigate the reasons.

In his report , it was found that “repeated poor harvests, an inability to adapt to the growing cost of farming, and indebtedness seemed to create a situation forcing farmers to commit suicide.”

In 2005 and 2006, the government closed 50 branches of four microfinance institutions (MFIs) in Andhra Pradesh, following allegations of unethical practices, illegal business practices such as collecting savings, and of high interest.

However, the sector has continued to expand after that, and unethical practices continue. Multiple lending by lenders was widespread, and in 2010, according to World Bank research , the average loan amount per household in Andhra Pradesh was triple that of the next largest state. Reports were then published linking these debts to the rise of suicides.

The Reserve Bank of India stepped in and issued a series of regulatory guidelines for price controls, margins, procurement and collection methods. However, according to a study by the Smart Campaign , the regulatory framework and the strong financial performance (outside of Andhra Pradesh) have indeed provided additional funding and growth that promotes the integration of client protection principles in the country. microfinance industry.

Maintenant, les experts mettent à nouveau en garde, comme M.S. Sriram, une faculté au Centre for Public Policy à l’Indian Institute of Management Bangalore, qui a trouvé que le secteur évoluait « à un rythme frénétique ».             « Le secteur montre des signes de surchauffe, disait-il dans un rapport sur la finance en Inde en 2016, et nombreux sont ceux qui prédisent le développement d’une bulle comme en 2010 ». Le rapport montre que de nombreux clients avaient contractés des prêts importants depuis plus de cinq sources, provoquant ainsi une inquiétude profonde des observateurs de l’industrie concernant le phénomène alors que les institutions continuent de recevoir des rapports concernant le suicide de leurs clients.

« Le suicide des agriculteurs est en train de devenir un génocide de la part de l’état, déclare Tiwari dans l’interview vidéo ci-dessus ». Nous avons ensuite parlé du gouvernement. Que font les politiciens en ce moment pour protéger et aider les agriculteurs ? Le bureau du district de Deoli, où vit Mohan, « collecte des données à propos des suicides chez les agriculteurs et reconnaît les problèmes, dit Bulutai Bhagwat », agent du district et ancien officier de police. L’une de ses initiatives est d’essayer d’augmenter le revenu des agriculteurs, en offrant par exemple à 150 villages l’opportunité de recevoir une subvention de 1,500 roupies afin de mettre en place des fermes de ver à soie. Néanmoins, « seulement trois villages, dit-elle, étaient intéressés par le projet ».

« Je ne sais pas pourquoi certains ne veulent même pas essayer, dit Bhagwat. » Pour le découvrir, nous avons poursuivi notre chemin jusqu’à ces villages: Bhidi, Fatehpur et Sonegaon.

À Sonegaon, nous avons appris que la ferme de soie avait fermé dans les 2 ou 3 années précédentes. À Bhidi, ils ont commencé une ferme de soie depuis un an et demi, mais n’ont pas encore produit de soie. Les agriculteurs sur place nous ont informé que les mûriers avaient besoin de temps pour grandir, rendant ainsi difficile l’alimentation des vers pendant les 2 premières années.

Quand nous avons commencé à poser des questions dans les alentours de Fatehpur, deux hommes à motos nous ont rejoint pour nous montrer leur ferme de soie.

« Au début, ça ne fonctionnait pas avec les vers à soie, nous dit Amol Malotrao Dhakulkar, un agriculteur de 27 ans, mastiquant du tabac. Ils mourraient simplement à cause de la chaleur ». Nous étions en mai, à 45 degrés Celsius, le mois le plus chaud de l’année. Les hommes ont réalisé que les vers nécessitaient d’être à l’abri du soleil étouffant afin de pouvoir survivre. « Le gouvernement a dit qu’il aiderait, mais il n’a pas tenu ses promesses. Alors, nous avons décidé de le faire nous-même, dit-il, montrant du doigt un abri à vaches reconverti au milieu d’un champ de coton ».

Bien qu’ils aient reçu une subvention, les hommes ont dû apprendre eux-mêmes le fonctionnement de la production de soie. Ils ont demandé l’aide d’un agriculteur de soie à succès, mais leur première récolte aboutit à un coût approchant les 10,000 roupies pour les arbres, les vers et les travailleurs.

Le revenu, cependant, n’était que de 13,000 roupies, laissant de maigres profits à séparer entre les trois familles ayant investis. « Ce n’est pas assez pour faire vivre trois familles, dit Dhakulkar, expliquant la raison pour laquelle ils avaient encore besoin de produire du coton, des graines de soja et des lentilles. » Le principal avantage des vers à soie, cependant, réside dans le fait qu’ils ne sont pas affectés par trop ou pas assez de pluie – ils doivent simplement en être protégé. Et pour cela, les familles ont le projet de bâtir un abri plus large et imperméable.

Une autre stratégie a été déployée dans une ferme appelée Garniche, fondée par Vaibhav Panpaliya. Panpaliya est un ingénieur en mécanique et directeur de développement des programmes à Make A Difference, une ONG aidant les enfants dans les orphelinats et les refuges. Il décida de mettre en place une ferme pour pouvoir mieux comprendre les difficultés que rencontrent les agriculteurs. « Venant de Nagpur, j’ai lu beaucoup (dans les journaux) à propos des suicides chez les agriculteurs, et je voulais aider. Mais pour pouvoir aider, je devais d’abord comprendre les problèmes rencontrés par ces agriculteurs, alors j’ai décidé d’en devenir un moi-même ».

À Garniche, les fruits et légumes sont produits pour le marché local, au lieu des cultures commerciales comme le coton qui sont exportés – l’une des nombreuses initiatives qu’il prévoit afin d’augmenter le revenu et la résilience des agriculteurs.

Panpaliya pense qu’afin de faire baisser le taux de suicide, les agriculteurs doivent d’abord être sauvés du piège de la dette. Mais quelles sont les options pour les agriculteurs étant déjà endettés ?

Selon la Smart Campaign, si les agriculteurs se retrouvent en difficultés financières, il n’y a aucune clémence. Le rapport a interrogé le personnel de plusieurs IMF, ONG, fondations et coopératives indiennes et internationales. Il a trouvé que la microfinance en Inde, pour la plupart des cas, est facilitée par des systèmes de groupe dans lesquels les individus sont responsables des prêts des autres.

Dans la pratique, ce modèle de groupe signifie que la pression des pairs est couramment utilisée pour collecter les paiements. Un prêteur peut faire venir des membres du groupe, de la famille et du voisinage quand une personne saute un paiement. Les réunions avec le débiteur peuvent durer de 5 à 6 heures – aussi longtemps que les employés de l’IMF ont besoin pour faire payer le débiteur.

Si la pression des pairs ne donne pas le résultat voulu, et que le débiteur se suicide, les membres du groupe, de la famille ou même d’autres villageois sont tenus pour responsables afin de rembourser le prêt, « laissant entendre que des centaines de personnes pourraient, en effet, être imputés en tant que garants les uns aux autres ».

Cela semble être le mécanisme de fonctionnement standard, tandis que la négociation avec les emprunteurs défaillants est l’exception. Un membre du personnel d’une IMF a indiqué qu’il n’y avait que trois véritables raisons pour la défaillance : la migration, la sécheresse et les urgences sanitaires. Ce n’est que dans les bonnes circonstances que le gestionnaire régional pourrait décider de faire preuve de clémence – les parasites comme le ver rose du cotonnier ou les faibles prix du marché de l’année précédente ne comptaient pas. Cependant, la majorité des IMF n’ont aucune politique officielle pour négocier avec les emprunteurs défaillants.

Dans l’ensemble, le défaut de paiement d’un prêt entraînera une mauvaise cote de crédit, ce qui rend pratiquement impossible l’obtention d’un autre prêt.   « Les défauts de paiement étaient rares, indique le rapport, car les clients avaient été informés dès le départ des conséquences d’un mauvais dossier de crédit ». Les IMF n’offrent pas de restructurer les prêts, car les clients finiront par revenir pour rembourser de vieilles dettes.

La Banque de réserve de l’Inde a tenté de créer des centres d’éducation financière et de conseils en matière de crédit (FLCC) qui étaient censés aider les emprunteurs en difficulté à négocier un plan de gestion de la dette. « Cependant, selon la Smart Campaign, une évaluation en 2012 a révélé que les FLCC étaient sous-utilisés, mal promus par les banques et n’atteignaient pas les clients cibles ».

Pour prévenir un plus grand nombre de suicides d’agriculteurs, les organismes de réglementation et les banques devront mettre en œuvre une pléthore de mesures, y compris l’élaboration de plans de remboursement réalisables, la révision du système de prêt afin de mieux tenir compte des moyens d’un client pour rembourser un prêt et une approche différente en matière de recouvrement de créances. En même temps, le gouvernement indien devra trouver des moyens d’améliorer les moyens de subsistance des agriculteurs afin qu’ils ne tombent pas dans le piège de la dette.

C’est sans doute une tâche herculéenne, mais certains agriculteurs ont déjà une longueur d’avance sur le gouvernement. Dhakulkar et Meshram, par exemple, qui exploitent avec succès une ferme de vers à soie, ont déclaré que leur prochaine entreprise est l’élevage de perles.

« Nous avons vu cette vidéo sur YouTube d’un homme en Inde qui cultive des perles dans un étang, a déclaré Dhakulkar ». 

Le nom complet de Mohan est connu de l’auteur, et bien qu’il ait accepté de parler à Global Ground et de nous laisser publier son histoire, nous avons décidé de n’utiliser que son prénom afin de le protéger, lui et sa famille.

Si vous avez besoin d’aide ou si vous connaissez quelqu’un qui en a besoin, veuillez contacter une ligne de prévention du suicide près de chez vous. 

Back to English multimedia article.

Taking you where others don't
Ready to make sense of foreign news?

By subscribing you agree that your information will be transferred to MailChimp for processing in accordance with their Privacy Policy (https://mailchimp.com/legal/privacy/) and Terms (https://mailchimp.com/legal/terms/).

Want to know more?

Get our free in-depth report Microfinance in India with industry information, analysis and recommendations for MFIs and governmental programs. Please fill in your email address.

Thanks! Please check your email to confirm.